Biographie de Calo

74586192022
Calogero encore tout petit…

Calogero est né Calogero Joseph Salvatore Maurici le 30 juillet 1971 à Échirolles, dans la banlieue de Grenoble dans le département de l’Isère au sein d’une famille d’origine sicilienne. Il reçoit la nationalité française seulement à l’âge de 23 ans. En effet, les parents Maurici sont originaires du petit village de Sommatino. Un village qui compte à peine 5000 habitants et situé dans le sud de la Sicile, entre Licata et Caltanissetta.

Son père Giacomo, peintre en bâti­ment, et sa mère Rosalia, s’installent en France pour élever leurs quatre enfants, Rose-Marie sa sœur aînée, suivi de Francis qui a dix ans de différence avec Calo et Gioacchino. Calogero gran­dit en banlieue dans les villages de Saint-Michel-de-Saint-Geoirs et Saint-Étienne-de-Saint-Geoirs en Isère, où ses parents y vivent toujours. En 1977, ce jeune sicilo-grenoblois apprend à jouer de l’orgue dés l’âge de six ans et sa voix en est toute tracée. S’intéressant dès son enfance à la musique, il apprend divers instruments tel que de la flûte, le piano puis de la guitare -offerte par son père, et fait l’école buissonnière. Partageant avec son frère Gioacchino le goût de la scène, ça va les pousser à envisager rapidement une carrière dans le spectacle.

80867644922
Déjà un côté Anglo-saxon avant « Conduire en Angleterre »

Encore adolescents, Calogero surnomé Charly débute initialement dans la musique en fondant le groupe « Les Charts » avec son frère Gioacchino lui surnomé Jacky, et leur ami d’enfance Francis Maggiuli. Après ses débuts d’apprenti plombier en Isère et apprenti boucher à Paris pour se faire un peu d’argent et obligé d’exercer périodiquement de petits boulots pour joindre les deux bouts, il embarque son groupe sur les routes. Les Charts se place comme groupe pop rock aux accents jazzy qui connaîtra le succès dans les années 90′. Ils se produisent sur différentes scènes avant de se faire remarquer et parvenir à charmer dans un restaurant où dîne tranquillement une artiste de renommée, il s’agit alors de France Gall. Ils n’ont même pas une k7 à laisser, juste l’arrogance de leurs certitudes. Sous le charme, France Gall décide alors de les présenter au producteur parisien Philippe Gaillard. Philippe Gaillard devient non seulement leur parolier, mais il crée le label Klaxon et devient également leur auteur-producteur. Le groupe signe alors leur contrat discographique en 1988. En 89′, leur premier album, « L’océan sans fond », d’où est extrait leur premier tube « Je m’envole » est considérée comme le premier véritable succès du groupe. En 1991, c’est l’album de la consécration, « Notre Monde à Nous », qui devient double disque d’or grâce notamment au succès du single « Aime-moi ». Une grande tournée à travers la France s’ensuit. Cheveux longs et bouclés, « Charly » assure le chant et se fait remarquer par son timbre de voix cristallin. Les Charts, alors très actifs sur scène, parcourent l’Europe et se font connaître comme l’un des éléments les plus prometteurs de la création pop rock française, sans que le succès commercial atteigne des sommets. En 1992, Calogero participe à des maquettes pour Pascal Obispo et les deux artistes apprennent à s’apprécier et se lie d’amitié. En 1994, le troisième album des Charts, « Hannibal », sort dans les bacs et un concert à l’Olympia s’organise. En 1997, ils sortent leur quatrième et dernier album ensemble, intitulé « Changer », un album sans grand succès. En 1998, les trois membres des Charts estiment avoir fait le tour de la question et décident d’entamer chacun une carrière solo. Les Charts se séparent, Charly à 27 ans. Vient alors le temps de la réflexion et du repos, le temps de se replonger dans la discographie des « Who », de réécouter avec le même plaisir les titres plus ou moins connus de « The Cure ». Pascal Obispo rappellera Calogero, peu de temps après la séparation du groupe, et saura trouver les arguments pour que ce jeune et brillant interprète et mélodiste de talent décide d’épouser les destinées d’une carrière solo. A cette occasion, Calogero enterre « Charly » et reprend son véritable prénom, qui lui servira maintenant de nom de scène, tout simplement, pour prouver que désormais seul, il n’a rien à cacher. Il fait entre-temps fructifier ses contacts dans le monde du spectacle en composant des chansons pour des artistes comme Florent Pagny ou Hélène Ségara, ainsi que pour la comédie musicale « Les Dix Commandements ».

Avril 1999, sortie du premier album solo de Calogero « Au milieu des autres » s’élève à 200 000 ventes et est produit par le label indépendant RAPAS, distribué par Universal division Mercury. Pour ce premier album, Calogero composera la quasi-totalité des chansons et ses auteurs auront pour nom : Zazie, Julie d’Aimé, Alana Filippi, Lionel Florence. C’est Pierre-Alain Simon, producteur de Pierre Bachelet et Marc Lavoine qui donnera corps au projet. Les chansons plaisent : « Pendre l’air », « De cendres et de terres », « Devant toi » ou bien encore « Dire » sont largement diffusées sur les ondes. Cette même année, le public apprécie et l’exprime avec enthousiasme lors de nombreux concerts en première partie de Pascal Obispo, de Zazie lors du « Tour des Anges » et de trois soirées complètent à « l’Européen » (Paris). Puisant autant son inspiration dans la chanson française que dans le patrimoine pop anglo-saxon, l’artiste-compositeur ignore le sectarisme musical, en se réclamant des Beatles ou The Cure.

C’est en 2002, avec son deuxième album, Calo­gero, que l’artiste se popularise et trouve sa place dans le paysage musi­cal français. Les ventes de l’album s’envolent (plus d’un million d’exem­plaires), portées par le tube « En apesan­teur ». Cette même année, il participe au collectif Noël Ensemble, qui enregistre une chanson du même nom. C’est sa première implication dans un mouvement caritatif.

Avec l’album inti­tulé « 3 », publié en 2004, Calo­gero est consa­cré « Meilleur artiste mascu­lin de l’année » (Victoire de la Musique, NRJ Music awards). Il chante en duo avec le rappeur Passi, Face à la mer, nouveau tube dans le palma­rès du chan­teur. Calo­gero colla­bore avec de nombreux auteurs et confie l’écri­ture des textes de son quatrième opus, Pomme C, à Zazie. C’est aussi en 2004 qu’il intègre Les Enfoirés, avec qui il participe aux éditions 2004, 2005 et 2006. Par la suite, il écrit avec Lionel Florence « Safe Sex », qu’il chante en duo avec Jenifer pour le Sidaction ; puis, il participe en 2006 au single « Douce France » (reprise de Charles Trenet), se ralliant au projet de Marc Lavoine, visant à lutter contre les discriminations et à promouvoir l’emploi des jeunes.

Ses quelques collaborations.


Depuis la fin des années 90′, Calogero compose grand nombre de chansons pour d’autres interprètes et artistes, souvent en collaboration avec son frère Gioacchino. Il offre ainsi ses textes, notamment, à :
• Jenifer : C’est de l’or
• Fred Blondin : Je manque de toi, Perso et Les aimants
• Patrick Fiori : Que tu reviennes, Être là, Encore, Tout le monde, Tera umana et Il n’y a pas grand-chose à dire
• Johnny Hallyday : Ça ne finira jamais
• Françoise Hardy : Noir sur blanc et Pourquoi vous ?
• Ismaël Lô : L’amour a tous les droits et Faut qu’on s’aime
• Mario : On se ressemble
• Pascal Obispo : Millésime
• Florent Pagny : Châtelet les Halles, L’air du temps, Io le canto per te, Si tu n’aimes pas Florent Pagny et l’album Vieillir avec toi pour son entierté
• Hélène Segara : Au nom d’une femme et Regarde
• Julie Zenatti : La vérité m’attire et Toutes les douleurs
• Grand Corps Malade : L’ombre et la lumière où il chantera également sur l’enregistrement
• Passi : Face à la mer co-chanté également

Il a également composé trois titres pour la comédie musicale Les Dix Commandements : Je n’avais jamais prié, Une raison d’espérer et Y’a tant d’amour.
En dehors de ça il participe biensur à de nombreuses œuvres caritatives.


LA SUITE VOUS SERA LIVRÉE TRÈS

TRÈS PROCHAINEMENT 🙂

Publicités